Actualité, Commerce et économie

Corrélation entre la baisse de L’Euro et celle de la fréquentation des centres commerciaux

La crise financière a affecté bien plus que les entreprises cotées en Bourse, et s’attaque maintenant au pouvoir d’achat, et cela se reflète au niveau des centres commerciaux. En effet, eux aussi connaissent en ce moment les conséquences de l’inflation.

L’étude réalisée par le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCN) annonce déjà une baisse conséquente de 2,2% de la fréquentation des centres commerciaux rien que pour le mois d’avril. Un chiffre inquiétant quand on analyse les calculs de l’année dernière qui eux affichaient déjà une baisse de 4,7% à ce même mois de l’année. En effet, les 87 centres commerciaux qui se sont prêtés à cette étude l’ont basé sur le même nombre de jours ouvrables que celui de 2009.

L’Euro, qui est à ce jour sous 1,27 dollar, inquiète pas mal de boursiers et d’entreprises. Après avoir eu un souffle d’espoir lundi où La Bourse de Paris a vu l’Euro gagner 9,66%, c’est un revers bien amer qui se produit de nouveau après une nouvelle chute de plus de 2%. Quand certaines entreprises sont obligées de mettre la clef sous la porte, d’autres se voient dans l’obligation d’augmenter le prix sur certains produits alimentaires, tandis que le prix sur les produits esthétiques montent en flèche. La première répercussion touche bien sur les consommateurs, qui sont maintenant obligés de se tourner vers les petits commerces qui peuvent encore se permettre de vendre à un prix légèrement plus bas que quelques centres commerciaux, mais ceux-ci se font de plus en plus rares.

CNCN déduit qu’il y a une vraie prise de conscience de la part des consommateurs sur les étendues de la crise. Elle n’affecte pas seulement le plan économique mais également l’aspect social. Véritable mode de vie pour certains, la fréquentation des centres commerciaux chute encore de 3,5% sur seulement un an. Jean-Michel Silbersein, délégué général a CNCN a indiqué dans un communiqué de presse les facteurs qui incitent les consommateurs à être beaucoup plus prudents. Il a mentionné notamment la reforme des retraites qui n’arrête pas de faire débats en ce moment, mais aussi de les fluxassions du pouvoir d’achats des consommateurs. Il a aussi souligné les hausses annoncées de la fiscalité, poussent de plus en plus l’acheteur à réfléchir avant de dépenser sur des produits esthétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *